bioMérieux est aussi impliquée dans la recherche multidisciplinaire avec des équipes universitaires et médicales internationales.

Partenariats de recherche public-privé

Hospices Civils de Lyon (HCL)

Depuis plus de 15 ans, bioMérieux collabore avec les Hospices Civils de Lyon dans le cadre d’un partenariat de recherche public-privé d’exception. Deux laboratoires communs de recherche au sein de l’hôpital Édouard Herriot et de l‘hôpital Lyon-Sud à Lyon (France) se consacrent à des travaux de recherche au plus près des patients, associant expertise médicale, recherche académique et innovation diagnostique d’une manière résolument originale.

Ces projets de recherche ont progressivement centré leur activité sur le sepsis, un syndrome inflammatoire grave qui est fréquemment observé à la suite d’une infection.

Des avancées scientifiques récentes ont permis de comprendre qu’un grand nombre de patients hospitalisés en réanimation développent des altérations de leur système immunitaire associées à un risque élevé de développer une infection sévère au cours de leur séjour à l’hôpital. Cela concerne notamment des patients admis pour choc septique ou suite à une intervention chirurgicale, à des lésions traumatiques multiples, ou à une brûlure grave. L’objectif des travaux menés en collaboration avec les Hospices Civils de Lyon et l’Université Claude Bernard Lyon 1 est de mettre au point de nouveaux tests prédictifs permettant de diagnostiquer et de suivre ces altérations du système immunitaire afin d’envisager des stratégies diagnostiques et thérapeutiques personnalisées en vue de prévenir le sepsis. Individualiser la prise en charge du patient permettra de réduire les risques de complications infectieuses et d’augmenter les chances de survie du patient. Cela permettra également de lutter contre la résistance bactérienne : en réduisant le nombre d’infections, la prescription d’antibiotiques sera par conséquent plus limitée.

bioMérieux est également impliquée de près dans plusieurs consortiums européens engagés dans la résistance aux antimicrobiens et/ou les pathogènes émergents.

Plateforme PREPARE

(Platform for European Preparedness Against Re-emerging Epidemics)

bioMérieux est partenaire du réseau PREPARE financé par l’UE dont l’objectif est de réaliser des programmes de recherche clinique à grande échelle sur les maladies infectieuses afin de se préparer et d’être en mesure de mettre rapidement en oeuvre (dans les 48 heures) une réponse coordonnée face à n’importe quelle nouvelle épidémie potentiellement grave. Les outils diagnostiques peuvent jouer un rôle essentiel dans de telles circonstances. Le rôle de bioMérieux dans le développement et la validation de tests pour détecter un pathogène émergent est crucial.

Réseaux de formation innovante

(ITN pour Innovative Training Networks)

Les outils diagnostiques rapides utilisés au lit du patient jouent un rôle déterminant pour distinguer infections virales et infections bactériennes, sélectionner le traitement antibiotique le plus adapté et finalement assurer une prise en charge appropriée des patients présentant une maladie infectieuse. Dans le cadre du programme-cadre de la Commission européenne intitulé « Horizon 2020 » et dédié à la recherche et à l’innovation, le projet « New Diagnostics for Infectious Diseases » offre à de jeunes étudiants de différentes nationalités l’opportunité de travailler dans des laboratoires de recherche, pour le développement de nouveaux tests dits « Point of Care ». En canalisant les efforts vers les besoins cliniques les plus importants et les plus urgents. bioMérieux participe à ce projet en accueillant régulièrement des étudiants dans ses laboratoires de recherche et développement.

Collaboration avec Jackson Lab sur le diagnostic de précision

bioMérieux poursuit sa collaboration de recherche avec le laboratoire américain Jackson Laboratory afin de développer des tests diagnostiques de précision basés sur la technologie de séquençage de nouvelle génération (NGS pour next-generation sequencing) pour les pathogènes et les gènes de résistance. L’objectif est d’optimiser NGS pour une meilleure identification des pathogènes et le développement d’outils pour explorer des communautés microbiennes complexes. Cette collaboration associe l’expertise de bioMérieux en microbiologie et en résistance bactérienne, à celle de Jackson Lab en NGS et en analyse génomique.

Mieux identifier les causes des fièvres aiguës chez l’enfant

bioMérieux est actuellement engagée dans deux partenariats de recherche pour accélérer l’identification des infections bactériennes chez l’enfant. La majorité des enfants âgés de moins de 3 ans pris en charge aux urgences pédiatriques pour une fièvre inexpliquée souffrent d’une infection virale. Seulement 10 à 25 % d’entre eux ont contracté une infection d’origine bactérienne. La surestimation des infections bactériennes conduit à un traitement antibiotique à large spectre ce qui peut contribuer à l’émergence de bactéries résistantes à ces traitements.

PERFORM : identification rapide des infections bactériennes chez les enfants

Le projet européen PERFORM porte sur le problème posé par l’identification d’une infection bactérienne. L’obectif est de réduire l’usage inaproprié des antibiotiques en développant de nouveaux tests diagnostiques pour distinguer une infection virale d’une infection bactérienne. Le consortium PERFORM réunit 18 organisations internationales de renom implantées dans 10 pays, et parmi lesquelles bioMérieux est le seul partenaire industriel. La subvention PERFORM est l’une des plus importantes octroyées par le programme de santé « Horizon 2020 » de la Commission Européenne (€18 millions) et prévoit, sur une période de 5 ans (2016-2021), de mettre au point de nouveaux diagnostics pour une utilisation clinique permettant d’améliorer la prise en charge des enfants présentant une forte fièvre lors de leur admission à l’hôpital. ou dans une clinique.

Le projet ANTOINE, issu de la collaboration entre bioMérieux et les Hospices Civils de Lyon (France) a pour objectif de mieux identifier la cause des fièvres aiguës de l’enfant. Les enfants de moins de 3 ans pris en charge aux urgences pédiatriques pour une fièvre inexpliquée souffrent en majorité d’une infection virale. Seuls 10 à 25 % d’entre eux ont contracté une infection bactérienne. La surestimation des infections bactériennes conduit à un traitement empirique par antibiothérapie qui peut contribuer à l’émergence de bactéries résistantes à ces traitements. La recherche de biomarqueurs spécifiques de ces deux types d’infections chez les enfants va permettre de distinguer infections virales et bactériennes sévères et favoriser un usage adapté des antibiotiques.

ANTOINE : diagnostiquer les infections bactériennes sévères chez l’enfant

Le point de vue du Dr Marine Butin

Dr Marine Butin, MD, PhD

Service de Réanimation Néonatale – Hôpital Femme Mère Enfant – Hospices Civils de Lyon

Centre International de Recherche en Infectiologie

Equipe ”Pathogénie des infections à staphylocoque”

INSERM U1111 – CNRS UMR5308 – ENS Lyon – Université de Lyon

« Dans les services de réanimation néonatale, les infections sont fréquentes du fait de l’extrême vulnérabilité des patients et d’un nombre important de gestes invasifs (cathéters, intubation…) qui constituent des portes d’entrée infectieuses. Le recours aux antibiotiques est donc courant et nécessaire, néanmoins il est parfois banalisé et utilisé en excès. L’administration d’antibiotiques de façon non justifiée peut avoir des conséquences graves pour le patient et pour l’écologie microbienne. Outre la toxicité évidente de certains antibiotiques et les effets sur la flore intestinale du patient, l’utilisation d’antibiotiques peut bien sûr conduire à l’émergence de résistances bactériennes. Depuis peu, nous voyons apparaître dans les services de réanimation néonatale des infections à bactéries multi-résistantes pour lesquelles les choix thérapeutiques sont limités et les antibiotiques de dernier recours peu étudiés dans la population néonatale. L’utilisation raisonnée des antibiotiques constitue donc un enjeu majeur dans notre pratique quotidienne. »

Global Point Prevalence Survey

Première enquête de prévalence mondiale d’utilisation des antibiotiques, la GLOBAL-PPS est une étude financée dans son intégralité par bioMérieux et dont l’idée est directement issue de la 4e édition du World HAI/Resistance Forum en 2013. Lancée en 2014, la « GLOBAL-PPS » a été conçue dans l’objectif de donner un aperçu de la consommation en antibiotiques et de la résistance bactérienne dans les hôpitaux. Cette enquête a été relayée par l’OMS ainsi que par le CDDEP, l’IDSA et le GARP.

Regarder la vidéo de la GLOBAL-PPS

D’une portée sans précédent, elle est coordonnée par l’hôpital universitaire d’Anvers (Belgique) et un groupe d’experts rassemblant les professeurs Herman Goossens, Dilip Nathwani, Vincent Jarlier et Peter Zarb qui ont déjà mené des études de ce genre. Lors de sa première edition en 2015, elle a été menée sur 100 000 patients et a mobilisé plus de 335 centres hospitaliers dans plus de 53 pays sur tous les continents. Les informations obtenues ont permis de créer une base de données mondiale dédiée à la consommation en antibiotiques et à la résistance bactérienne en milieu hospitalier. Les résultats de cette enquête ont été présentés pendant le congrès ECCMID 2016. (ref.24)

Suite aux informations précieuses recueillies grâce à la première GLOBAL-PPS, bioMérieux a renouvelé son soutien afin que cette enquête soit reconduite en 2017. Avec plus de 51 pays représentés, cette édition a porté plus particulièrement sur l’éducation et sur les pays à revenu faible et moyen, notamment à travers une formation en ligne développée par la BSAC avec le soutien de bioMérieux. Ce module de formation, associé à d’autres outils, permet aux hôpitaux de développer des plans d’actions dans leur établissement basés sur les résultats de la GLOBAL-PPS et sur les priorités locales.

Retrouvez dans la publication AMR Control 2017 des mises à jour sur la GLOBAL-PPS, co-rédigées par bioMérieux.

Consultez notre « étude de cas » sur la GLOBAL-PPS sur le site internet de l’AMR Industry Alliance, bioMérieux étant membre de l’Alliance.

Parcourez les derniers résultats publiés dans la revue Lancet Global Health

N.B.: engagée dans les domaines de la résistance bactérienne et du bon usage des antibiotiques, bioMérieux est le sponsor exclusif de la Global Point Prevalence Survey ainsi que de la formation en ligne relative à cette étude. La Société n’exerce aucun rôle dans la conception de l’étude, la sélection, l’analyse ou l’interprétation des données, ni la rédaction du rapport. Les données, strictement confidentielles, sont conservées de manière anonyme au centre de coordination de l’université d’Anvers (Belgique).